Devenez publicateur / Créez votre blog


 

Chloé Mbula, fière de sa double identité

  Société, #

Née en France, de nationalité française et d'origine congolaise, Chloé Mbula fait partie des nombreux "afropéens" qui revendiquent avec fierté leur double identité.

Lorsque le conflit a débuté en 1996 en RDC, Chloé avait 8 ans. Aujourd'hui passionnée de politique et des droits de l'homme, elle nous raconte quel a été l'impact de la guerre sur la revendication de son identité congolaise.

BBC Afrique : Bonjour Chloé. Tout d'abord, comment percevez-vous votre identité ?

Chloé : Je possède une identité double comme beaucoup de personnes dans mon cas : née en France, française et aussi congolaise car c'est mon pays d'origine et j'y suis très attachée.

Aujourd'hui, quel est votre rapport au Congo et à sa communauté en France et au Royaume-Uni?

Mon rapport au Congo est presque quotidien. J'ai étudié les sciences politiques et les relations internationales notamment dans le but de travailler avec l'Afrique et la RDC en particulier. Je ne travaille pas sur la RDC actuellement mais je suis quotidiennement l'actualité congolaise et suis très active dans la transmission et l'analyse des informations.

Je vis au Royaume-Uni depuis 3 ans, mais je connais peu la communauté congolaise ici. Je sais néanmoins qu'elle est assez importante. Je reste "affiliée" à la communauté congolaise de France. C'est une communauté très importante, à la fois à Paris et en province, avec une forte identité et dont je me sens un membre à part entière.

Quelle langue locale parlez-vous ?

La langue de mes parents est le swahili (l'une des quatre langues nationales du pays) donc je parle swahili. Mais je comprends et parle aussi le lingala.

A quelle fréquence allez-vous en RDC ?

La fréquence de mes voyages au Congo n'est pas spécialement régulière. Mon dernier voyage date d'il y a déjà quelques années mais j'y retourne cet été. Il s'agit principalement de vacances pour rendre visite à la famille, mais j'ai également effectué des stages dans le cadre de mes études.

Vous estimez avoir une double identité. Depuis l'Europe, quelles sont les raisons qui vous ont parfois poussée à revendiquer votre identité congolaise ?

Tout d'abord, mes parents nous ont toujours poussés à être fiers de notre identité, peu importe que cela implique une certaine dualité ou pas. Cela signifiait que nous devions être fiers de nos origines, quoiqu'il arrive. Nous avons eu une éducation très équilibrée.

J'ai commencé à revendiquer mon identité congolaise relativement tôt, l'élément déclencheur étant le début du conflit en 1996 et qui a fait plus de 6 millions de morts en RDC. J'avais 8 ans. Mes parents sont originaires du Kivu donc nous avons été directement touchés par cette guerre. J'ai vu la situation changer et se détériorer de la manière la plus atroce qui soit. J'étais très jeune, je posais beaucoup de questions et j'ai assez vite entrepris mes propres recherches. Ma connaissance du sujet grandissait, ma conscience politique s'aiguisait et je m'impliquais de plus en plus dans des activités liées à la dénonciation de ce qui se passait en RDC.

Enfin, au-delà du fait que je sois d'origine congolaise, le fait que le conflit soit alimenté par le trafic illégal de minerais de la part de multinationales qui arment et rétribuent certaines factions qui maintiennent le chaos, mais aussi et surtout qu'il y ait un silence et une certaine hypocrisie de la part des puissances occidentales m'a profondément marqué et révolté. Et c'est toujours le cas.

A l'inverse, lors de vos séjours en Afrique, dans quels cas vous sentez-vous particulièrement française ?

Je ne sais pas si je peux identifier un ou plusieurs cas précis qui font que je peux me sentir française au Congo. C'est simplement un ensemble de choses : je suis née en France et j'y ai vécu pendant 25 ans. Je reste française et je n'ai pas la prétention de prétendre que je sais ce que c'est de vivre au Congo. Je ne vis pas les mêmes réalités, ni dans les mêmes conditions.

Avant, pour parler des jeunes nés en France et d'origine africaine on employait l'expression "avoir le cul entre deux chaises" que je n'aime pas. Aujourd'hui, j'entends de plus en plus le terme "afropéens". Il ne convient pas à tout le monde mais je trouve qu'il a au moins le mérite d'être positif et qu'il sous-entend une certaine aisance et un certain équilibre dans le fait d'être "double".

Qu'en est-il de votre identité en tant que femme ?

En ce qui concerne ma condition de femme, j'aurais tendance à répondre un peu la même chose : je suis née en France, donc dans un pays où, même si il y a toujours une marge de progression, la condition de la femme est bonne.

En revanche la situation de la femme congolaise s'est considérablement dégradée au fur et à mesure que le conflit s'est enraciné. La RDC a été qualifiée il y a quelques années de "capitale mondiale du viol", ce qui donne, malheureusement, une certaine appréciation de la situation des droits de la femme là-bas. Je me sens doublement concernée.



Source : www.bbc.com


PARTAGEZ UN LIEN OU ECRIVEZ UN ARTICLE

Pas de commentaire

Pas de commentaire
 
hassana
Partagé par : hassana@Angleterre
Fashionista
VOIR SON BLOG 33 SUIVRE SES PUBLICATIONS LUI ECRIRE

SES STATS

33
Publications

4546
J'aime Facebook sur ses publications

331
Commentaires sur ses publications

Devenez publicateur

Dernières Actualités

Pas d'article dans la liste.