/*
*/

Devenez publicateur / Créez votre blog


 

Le Béninois Togbédji AHOKPA réinvente la recette du " Dèguè " en France

  Business, #, #TDI

Il a 28 ans et vit à Rennes depuis quelques années. Venu en France, ce jeune béninois s'est lancé dans le développement d'un projet ambitieux : produire un yaourt au millet artisanal et naturel. Il enchaîne donc dans un premier temps boulot sur boulot, afin de réunir le capital financier nécessaire. Après deux ans de mise au point et de recherche, Togbédji AHOKPA, originaire de Bohicon, a dévoilé il y a trois mois, ce produit agroalimentaire dont il raffole. Similaire au " Dèguè " très consommé au Bénin, le yaourt au millet, saveur vanille, est uniquement commercialisé en Bretagne pour le moment et constitue le premier produit d'une longue série à venir .

 

Une préparation très minutieuse

L'histoire a débuté en décembre 2013 quand il a décidé de se lancer dans ce projet personnel, quelque chose qu'il pourrait " faire toute sa vie ". L'agroalimentaire a été son premier choix compte tenu du fait qu'il " aime bien manger ", qu'il savait fabriquer du yaourt à la base et surtout cette envie de contribuer à améliorer le monde qui le tenaillait. Il est donc allé dans un premier temps se faire former au travail de la terre et à la gestion d'une ferme auprès d'un agriculteur éleveur. Pour ce jeune entrepreneur béninois, il est " extrêmement important de savoir bien gérer la terre ". La deuxième étape de cette aventure a consisté à apprendre au sein d'un laboratoire spécialisé les règles et les normes de base qui entrent dans la fabrication du yaourt. En effet, la production semi-industrielle, et industrielle, dans l'agroalimentaire nécessite un processus de production et des ingrédients adéquats.

Enfin, pour la fabrication du yaourt au millet, le plus gros défi aura été de trouver l'alchimie parfaite entre le yaourt qui est un produit vivant et le millet qui est une céréale avec un environnement microbien très élevé.

 

Les produits de Les Cérégales

Une première saveur, vanille de Madagascar, qu'on appelle donc " Dèguè " en Afrique de l'ouest, est disponible. Il aurait pu garder cette même appellation pour affirmer la culture béninoise à l'extérieur. Mais en France, ce mot prêtait à confusion (les gens avaient tendance à lire " dégueu "), il a donc préféré choisir " yaourt au millet " pour désigner ses produits.

Ces derniers sont composés de yaourt tiré de lait de Pacé (à hautes qualités gustatives et produit par une race, de vaches, rares et bretonnes Froment du Léon), de millet (ou mil) provenant du Sénégal, de sucre de canne et de vanille bourbon de Madagascar.

 

Une réalisation " self-made-man "

Togbédji est autodidacte, il croit au travail et à la détermination. Pour le moment, il s'occupe exclusivement tout seul de la production de Les Cérégales (financées entièrement sur fonds propres), de la ferme aux magasins. Qu'il s'agisse d'aller traire le lait, produire en laboratoire, fabriquer le yaourt au millet, prospecter les points de distribution, gérer la communication et gérer son entreprise.

Les difficultés du milieu entrepreneurial en France

Démarrer un pareil projet en France n'a pas été chose facile. Jamais il ne recevra les aides à la création d'entreprise que l'Etat français alloue en principe. Sans compter les accrocs liés au fait qu'il soit d'origine africaine. Il lui aura fallu se former dans un premier temps, ensuite se battre pour faire ses preuves et enfin démontrer les compétences acquises.

" Je n'aime pas les défaitistes mais c'est une réalité. Déjà pour ceux qui veulent travailler ici, il y a des freins. Alors quand vous voulez monter votre entreprise, c'est deux fois plus de problèmes. Dans un domaine comme l'agroalimentaire, c'est trois fois plus difficile "

Des perspectives élevées

A long terme, il souhaite " faire goûter le plus de monde " avec Les Cérégales. Pour cela, il lui faudra commencer par sortir le produit de la Bretagne (Rennes, Saint-Malo) où il est distribué dans des supermarchés, des hôtels, des restaurants et de France, afin de s'étendre de façon progressive. Le jeune entrepreneur béninois a également des projets pour le Bénin et pour l'Afrique. " Je serai présent ", prévient-il. Il confie avoir une " stratégie différente " mais souhaite surtout acquérir les qualifications nécessaires pour accomplir au profit de ses compatriotes, des réalisations de qualité irréprochable.

Nulle doute qu'avec pareille détermination, nous retrouveront dans quelques années des produits Cérégales dans nos supermarchés au Bénin, et partout dans le monde.

 

Ou trouvez les Cérégales

Adresse : Rennes (France)

Téléphone : +33 6 38 86 52 01

Facebook : Les Cérégales

Site web : www.lesceregales.fr



Source : Bonjour Cotonou


PARTAGEZ UN LIEN OU ECRIVEZ UN ARTICLE

Pas de commentaire

Pas de commentaire
 
Raymonde
Partagé par : Raymonde@USA
Maman avec deux enfants
VOIR SON BLOG 27 SUIVRE SES PUBLICATIONS LUI ECRIRE

SES STATS

27
Publications

1731
J'aime Facebook sur ses publications

141
Commentaires sur ses publications

Devenez publicateur

Dernières Actualités

Pas d'article dans la liste.