/*
*/

Devenez publicateur / Créez votre blog


 

Objectif Performance : Interview d'un franco-camerounais Ludovic Biyong talenteux et ambiteux entrepreneur

  Business, #, #TDI

Alors que la France souffre d'un recul de la consommation et d'une baisse d'investissement des entrepriseset des exportations, l'Afrique quant à elle, affiche depuis plus d'une décennie, une croissance forte de 5 à 6 %, portée en outre par une demande intérieure dynamique. Malgré les intérêts partagés et de nombreuses actions de coopération, force est de constaterque la France ne profite pas de ce nouvel eldorado. Nous assistons, apathiques à la dégradation des parts de marché de l'hexagone sur le continent. Or, si plusieurs stratégies de redéploiement sont proposées, il semble primordial pour les pouvoirs publics et les entreprises de s'appuyer sur les talents franco-africains pour allerà la reconquête du vaste marché africain.

Tous les spécialistes sont unanimes pour louer l'Afrique comme le continent émergent de demain. Tant il est vrai qu'elle devra d'ici 2050, accueillir, nourrir, former, loger , employer plus d'un milliard de nouveaux habitants. Forte d'une démographie galopante, d'une urbanisation vertigineuse et d'une richesse importante enressources naturelles notamment, les économies africaines attisent toutes les convoitises.

Chinois, indiens, turcs, brésiliens... ils envahissent et investissent tous cette nouvelle terre d'opportunités, au détriment de la France, ancienne puissance coloniale. Les États-Unis, quant à eux, entendent renforcer leurs liens avec l'Afrique et"faire progresser leurs objectifs en matière de commerce et d'investissement en Afrique"

Nous sommes partis à la rencontre d'un jeune entrepreneur franco-camerounais Ludovic Biyong pour qui l'Afrique est une terre d'avenir:

1. Qu'est ce qui vous a amené à faire un site d'information et des petites annonces ?

Je suis Ludovic Biyong, un jeune entrepreneur de 29 ans, CEO de Camernews. Je suis né et ai grandi à Paris, où j'ai obtenu un diplôme d'ingénieur informatique. J'ai découvert l'Afrique en 1997 où j'ai vécu au Cameroun. Je suis tombé amoureux de la culture, du mode de vie et j'ai depuis toujours gardé un lien fort avec ce continent. Après avoir travaillé dans l'immobilier à Londres en tant que directeur général, je suis rentré à Paris pour créer ma propre entreprise en 2012. J'ai également fondé PA2M, une société de consulting informatique au Cameroun.Il est bien connu que les Camerounais sont de plus en plus connecté, vraiment intéressés par l'information et investis dans la politique.

Je suis fasciné de voir à quel point le web est devenu puissant. Toutes les plateformes de social media ont complètement redéfini l'industrie de la technologie et de l'informatique. J'avais cependant remarqué que peu de sites internet regroupaient à la fois de l'information de qualité, des annonces, et des offres d'emploi. Je voulais devenir avec Camernews, non seulement une référence pour les camerounais dans le domaine de l'information mais aussi un outil utile dans leur vie quotidienne.

Je suis également fasciné par la vitesse à laquelle les choses changent dans l'espace Internet. Comme tous les jeunes, j'aime me réveiller le matin pour découvrir tous les nouveaux moyens offerts par internet. Et j'adore passer cette connaissance à mes visiteurs, de manière enrichissante. C'est pourquoi j'ai décidé de créer "Camernews", un site "tout en un" que les gens peuvent utiliser comme référence dans leur vie quotidienne. J'ai tout d'abord commencé par les news et les petites annonces et voyant comment les gens répondaient, et l'intérêt que cela suscitait, j'ai rajouté les offres d'emploi. Et je travaille sur d'autres extensions. Je pense qu'en tant qu'Africain ayant grandi en Europe, je dois m'investir et être partie prenante dans le changement que je souhaite voir dans mon pays, à travers des initiatives comme Camernews.

2. Comment avez vous fait la promotion de votre site? Quelles formes de publicité ont le mieux marché ?

Bien que certaines personnes perçoivent l'entreprenariat comme étant risqué, j'ai essayé de créer un scénario pour limiter les risques. Je n'ai pas investit massivement dans le projet et j'ai évité les investisseurs extérieurs pour en garder le contrôle. J'ai fait beaucoup de choses pour économiser de l'argent au début; par exemple, je n'ai pas dépensé d'argent dans la publicité dès le départ, car j'avais plus de temps que d'argent à dépenser, j'ai donc passé beaucoup de temps à faire du marketing social en ligne et du référencement.

Beaucoup de mes décisions ont été guidées par le manque de ressources financières. Je dirais meme que ces décisions ont été prises parce que nous n'avions pas d'argent mais beaucoup d'envie. Cela m'a aidé dans le classement des moteurs de recherches, et pour apporter du trafic sur le site. J'ai orienté une grande partie de nos efforts sur les blogs et les forums et le fait toujours aujourd'hui. Nous avons une page facebook et Google+. Le bouche à oreille a été important, mais pas tout: les bloggeurs influents sont aussi très importants.

3. Les sites d'information et de petites annonces sont très populaires en ce moment. Comment vous démarquez vous des autres dans votre niche ?

J'aime beaucoup le modèle de recettes basé sur la publicité, et alors que je regardais tous les autres sites locaux, comme paleba.org, jewanda-magazine.com, camer24.de, j'ai mis en place le projet d'investir des milliers d'heures de travail pour savoir comment ce projet pouvait aboutir. Je travaille toujours aujourd'hui pour savoir jusqu'où ce projet peut aller. Les utilisateurs d'internet n'aiment pas qu'on leur raconte des histoires, mais adorent discuter avec des experts des tendances actuelles, des bonnes affaires, ou de l'information. Je dois m'assurer que ce que nous leur offrons à une réelle valeur, et n'est pas seulement de l'information sur des sujets qui n'intéressent personne. Je dirais que nous nous démarquons des autres car nous nous adressons à la cible la plus large possible au Cameroun. Nos cibles sont vastes, alors que beaucoup de sites visent une cible bien spécifique.

4. Quels sont les plus grands défis que vous avez rencontrés en développant le site?

Personnellement, j'ai été inspiré par les grands athlètes qui atteignent le sommet. Beaucoup trop de noms à citer, mais je suis les meilleurs athlètes pour mieux comprendre comment être encore plus performant dans ma vie. Je pense sincèrement que les entrepreneurs sont nés ainsi et non pas créer. La concentration est un de mes plus gros défi, et je me suis souvent retrouvé seul. Je trouve cela vraiment utile de demander à ceux autour de vous de vous aider à vous concentrer, ils peuvent voir ce que vous ne pouvez pas. Il y a des personnes essentielles dans ma vie qui poussent continuellement la barre, et le font tout en gardant l'équilibre entre leur vie personnelle et professionnelle. Sans citer de noms, je me tourne vers ces gens quand j'ai besoin la motivation nécessaire pour continuer.

5. Quels sont vos projets pour 2015 et au delà?

J'espère qu'après 2015, Camernews sera le choix principal pour les camerounais qui cherchent de l'information, ou lorsqu'ils cherchent quelque chose à acheter ou vendre. Un de mes objectifs est d'avoir une plateforme en ligne (crowdfunding) où les camerounais jeunes et prometteurs peuvent chercher des investisseurs pour innover et créer le futur de notre pays.



Source : laprochaineafrique.blogs.nouvelobs.com


PARTAGEZ UN LIEN OU ECRIVEZ UN ARTICLE

Pas de commentaire

Pas de commentaire
 
amite
Partagé par : amite@France
VOIR SON BLOG 94 SUIVRE SES PUBLICATIONS LUI ECRIRE

SES STATS

94
Publications

26112
J'aime Facebook sur ses publications

398
Commentaires sur ses publications

Devenez publicateur

Dernières Actualités

Pas d'article dans la liste.