Devenez publicateur / Créez votre blog


 

RESUME POINT DE PRESSE: MEURTRE D'UNE JEUNE DAME

  Société

 

RESUME DES FAITS

Les faits remontent à la nuit du vendredi 29 juillet au samedi 30 juillet 2016, aux environs de 4 heures du matin, selon la voisine de la victime qui a déclaré qu'il sonnait 4 heures du matin quand elle a senti le besoin de se mettre à l'aise. Qu'étant sortie dans la cour elle a entendu un bruit et un coup de pied venant de la chambre du couple qui est son voisin, en location depuis trois mois environ ; elle a reconnu la voix du concubin, le nommé GNANGUENON Ghislain auteur des faits, qui menaçait sa concubine, la nommée CAPO CHICHI Léonida, de suites probablement d'une dispute. Elle est retournée se coucher, estimant qu'elle n'avait pas à se mêler d'une histoire de couple, surtout à une telle heure.

Mais quelques minutes plus tard elle a entendu la victime crier son nom et solliciter son aide ; elle a ouvert sa porte et grande fut sa surprise de voir accourir la victime, hurlant, tout le corps enflammé. Donc la voisine aussi a commencé par appeler au secours et les gens sont accourus pour les aider, certains pour éteindre le feu qui brulait sur le corps de la victime, et d'autres pour éteindre le feu qui avait pris leur chambre.

Précisons que dès qu'il a commis son forfait le concubin de la victime a pris la tangente.

Selon certains témoins, la victime aurait déclaré avant d'être conduite à l'hôpital que son concubin s'en était pris à elle suite à son refus d'avoir des rapports sexuels avec lui.

L'enquête nous confirmera si telle est effectivement la cause de la réaction aussi terrible de l'auteur des faits.

SOINS D'URGENCE ET ETAT DE LA VICTIME :

La victime a été rapidement conduite à l'hôpital Saint Luc ce vendredi 29 Juillet là, d'où elle fut transférée vers le CNHU vu la gravité de ses brûlures". Elle fut reçue par le Dr AKODJEHOUN. Plongée dans un coma, elle fut conduite à l'unité de réanimation puis placée sous assistance respiratoire. Son corps présentait des brûlures très graves dont l'impact avait gagné plus de la moitié du corps, et son pronostic vital était engagé selon le médecin.

ACTIONS URGENTES MENEES PAR WILDAF

Me SAIZONOU BEDIE qui a été touchée par les parents de la victime a à son tour informé WILDAF, et a également informé le Procureur de la République qui a instruit le Commissariat de Fifadji pour rechercher l'auteur des faits et rassembler les éléments de preuve.

L'assistant Juridique de WILDAF qui est affecté auprès du Centre de prise en charge intégrée des victimes de VBG de Cotonou situé dans l'enceinte du CM, M. KPEDJO Ernest, s'est rendu au CNHU le dimanche 31 Juillet, où il a pu rencontrer les parents de la victime, et prendre des nouvelles de cette dernière, puis est également entré en contact avec Mme le Commissaire de Fifadji pour avoir le point de l'évolution du dossier.

Nous avons aidé la mère de la victime à déposer une plainte entre les mains du Procureur de la République et avons en outre commis l'AFA BENIN pour défendre les intérêts de la victime devant le tribunal.

Le Psychologue du Centre de prise en charge intégrée des victimes de VBG de Cotonou M. ATINDEHOU Aimé a été également mis à contribution pour la prise en charge psychologique de la mère de la victime.

LE COMPORTEMENT DE L'AUTEUR DES FAITS APRES LES FAITS :

Une fois son forfait accompli, le sieur Bosco s'est enfui et refuse de répondre aux nombreux coups de fils. Bien que la mère de la victime ait pu le joindre après l'hospitalisation de celle-ci il n'a pas voulu lui porter assistance et est resté en fuite jusqu'à son décès et après 1er août 2016 dans l'après-midi.

Il est resté aux abonnés absents du téléphone jusqu'à son arrestation dans un domicile privé, à Cotonou, survenu le 15 Septembre dernier.

C'est ici le lieu de saluer la ténacité et le professionnalisme de toute l'Equipe du Commissariat de Fifadji avec à sa tête son Commissaire en la personne de Mme BONI Rachidath, qui, saisis par le Procureur de la République, ont pu mettre la main sur M. GNANGUENON Ghislain qui a été mis en garde à vue ce 15 Septembre dernier. Il a été présenté au Procureur de la République ce jour 19 Septembre 2016, nous pouvons en témoigner, pour l'avoir vu au parquet.

Nous n'avons pas le moindre doute que la justice sera rendue, une justice éducative parce que punitive, une justice éducative parce que opposant une tolérance zéro à de tels actes, qui se répètent de plus en plus, et sont de plus en plus ignobles, de plus en plus osés, de plus en plus injurieux du caractère si précieux de la personne humaine, parce que la violence à l'égard des femmes et des filles a commencé à être de plus en plus banalisée, et que le sentiment d'impunité est le plus grands des facteurs de criminalité, en particulier pour ce genre de crimes.

La vie de Léonida a été cruellement écourtée, femme, mère d'un enfant de moins de un an, elle-même âgée de 28 ans.



Source : wildaf-benin.org


PARTAGEZ UN LIEN OU ECRIVEZ UN ARTICLE

Pas de commentaire

Pas de commentaire
 
kevamy
Partagé par : kevamy@
VOIR SON BLOG 12 SUIVRE SES PUBLICATIONS LUI ECRIRE

SES STATS

12
Publications

70
J'aime Facebook sur ses publications

0
Commentaires sur ses publications

Devenez publicateur