Devenez publicateur / Créez votre blog


 

Afrique, 3ème puissance mondiale ...

  Business, #

 

 

Le sommet des chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union africaine s'est ouvert ce jeudi à Addis Abeba en Ethiopie. A cette occasion, la grande prêtresse de la cérémonie, la sudafricaine Nkosazana Dlamini Zuma, a dévoilé un " email du futur " qu'elle a adressé au président défunt du Ghana, Kwame Nkrumah, un des pères du panafricanisme. S'imaginant en 2064, elle y décrit comment sera alors le continent . " Nous sommes à présent la troisième puissance économique mondiale*, écrit-elle. Comme le soulignait la retraite des ministres des Affaires étrangères à Bahir Dar (Ndlr : ville du nord-ouest de l'Ethiopie) en janvier 2014, nous y sommes parvenus en trouvant l'équilibre entre les forces du marché, des États " développementistes " forts et responsables et des Communautés économiques régionales, pour donner une impulsion aux infrastructures, à la prestation de services sociaux, à l'industrialisation et à l'intégration économique ". Les échanges interafricains, les plus faibles au monde, sont ainsi passés de 12 % en 2013 à 50 % en 2045. D'exportateur de matières premières, le continent est devenu une plateforme mondiale de production industrielle (textile, agroalimentaire, pharmacie, nouvelles technologies...) dont les capitaux et les process sont apportés par des groupes panafricains.

Après près de quarante ans de débats sur la forme à donner à notre unité (syndicat, Etats-Unis, fédération), les chefs d'Etat et de gouvernement ont opté pour une confédération en 2051. Encore plus ambitieux : un projet de confédération des Etats de l'Afrique et des Caraïbes est actuellement discuté. Une étape logique puisque le panafricanisme tire son origine des mouvements de libération nationaux et des diasporas à travers le monde. Ces décisions, écrit-elle, ont été obtenues sous la pression des jeunes générations dénonçant la lenteur de l'intégration de la libre circulation des personnes, de l'harmonisation des diplômes.

La voix de l'Afrique porte aujourd'hui bien au delà du continent. La confédération a d'ailleurs un siège permanent au Conseil de sécurité. C'est un membre très écouté en matière de résolution des conflits. Il n'y en a plus sur le continent, ses armées étant largement intégrés. Dakar accueille le Commandement des forces navales africaines en charge d'assurer la sécurité collective des côtes.

L'histoire de l'Afrique est compilée dans l'Encyclopedia Africana de WEB du Bois. Le Cap-Vert héberge le siège de l'Université virtuelle panafricaine. On y enseignerait en swahili. Cette langue bantoue, mondialement apprise, est la principale langue de travail de l'Afrique. Le multilinguisme est encouragée même si inévitablement, l'usage du français, de l'anglais et du portugais connaît un recul.

Kinshasa, ville des sapeurs, est incontestablement la capitale mondiale de la mode. Plus besoin de passer par Paris ou Londres pour se déplacer d'une grande ville à l'autre, l'African Express Rail, train à grande vitesse, relie toutes les capitales.

La femme africaine ne se tue plus dès 5 h du matin à la tâche dans des champs arides. Elle posséde un tracteur, des systèmes d'irrigation et gère une exploitation moderne qui commercialise sa production à de grandes coopératives. La ville d'Accra au Ghana, deuxième producteur mondial de cacao, produit les meilleures tablettes de chocolat...

Pour que les beaux rêves de Mme Zuma se réalisent, les dirigeants du continent devront sérieusement se mettre au travail, dès ce sommet consacré à la sécurité alimentaire. Environ 65 % des Africains dépendent de l'agriculture comme principale source de subsistance. Le continent est loin d'être autosuffisant, dispose de la productivité la plus faible au monde. Un quart de ses habitants, plus de 200 millions de personnes, souffrent d'insécurité alimentaire chronique. La famine coute aux Etats concernés entre 2 et 16 % de croissance. Rassemblés à Maputo en 2003, les dirigeants africains avaient promis, dans une déclaration qui avait fait date, de consacrer 10 % de leurs dépenses publiques à l'agriculture. Une décennie plus tard, les budgets agricoles des Etats tournent autour des 3 %.

*En 2006, le continent représentait la 10e puissance économique mondiale.

lopinion.fr


PARTAGEZ UN LIEN OU ECRIVEZ UN ARTICLE

Pas de commentaire

Pas de commentaire
 
abdelaziz.assani
Partagé par : abdelaziz....@France
Communications et Marketing, Stratégie et Développement d'Entreprises. Consulting, collaborations...
VOIR SON BLOG 185 SUIVRE SES PUBLICATIONS LUI ECRIRE

SES STATS

185
Publications

27952
J'aime Facebook sur ses publications

542
Commentaires sur ses publications

Devenez publicateur

Dernières Actualités

Pas d'article dans la liste.