Devenez publicateur / Créez votre blog


 

Coralie, l'énergie à toute épreuve - Toute l'actualité de la Martinique sur Internet - FranceAntilles.fr

  Société, #

 

Coralie Brival aurait pu devenir pilote de chasse si elle avait regardé Top Gun. Quand elle était petite, elle voulait " toujours exercer le métier du film " . Ces deux derniers mois, c'est pourtant le fond des mers qui a accaparé son attention de bosseuse. Elle était en stage au sein de la société Akuo Energy, sur les Champs-Elysées, à Paris. À 21 ans, elle vient de mettre au point un programme pour estimer la performance de la future centrale de production d'électricité à partir de l'énergie thermique des mers. Cette plate-forme va voir le jour au large de Bellefontaine d'ici 2020. Brillante la demoiselle, non ?

Hier, pour la rentrée, Coralie a repris la route de l'une des plus prestigieuses écoles d'ingénieur, l'Institut national des sciences appliquées (Insa) de Lyon.

Dans deux ans, elle sera ingénieure en génie énergétique et environnement. À bien y réfléchir, quel genre de film a pu la conduire dans cette voie ? Avatar ?

" C'est au cours d'un voyage linguistique en Australie que j'ai rencontré un chef de projet dans les énergies renouvelables " , répond-elle dans un sourire à fossettes. " Il m'a expliqué comment il développait des projets, les regardait évoluer jusqu'à leur aboutissement. C'est exactement ce qui me correspondait. "

La voix de Coralie est douce, empreinte de volonté et de curiosité. Elle donne envie de l'interroger sur son parcours sans faille.

Elle donne aussi envie de se tourner vers sa maman, qui l'accompagne dans cette première interview, pour lui demander les secrets d'une éducation si réussie.

L'Amérique du Sud, que Coralie a pu sillonner lorsqu'elle a suivi sa deuxième année au Brésil.

En 2012, sa mention Très bien au baccalauréat série S lui a permis d'intégrer l'INSA de Lyon, sans même avoir eu à passer un entretien. Cette école avec prépa intégrée a développé un partenariat avec la Région Martinique.

Coralie a rejoint l'une des filières internationales : Amerinsa. " Cette filière est propre aux étudiants d'Amérique latine, incluant les Martiniquais et les Guadeloupéens. " Une chance donc pour les Antillais, qui se retrouvent ainsi en lien avec leur bassin géographique d'origine. Une filière qui a permis à Coralie de partir effectuer sa deuxième année dans le Sud du Brésil, à Curitiba.

Pendant un an, tout en poursuivant ses études, elle a pu sillonner le pays et l'Amérique latine. Une des grandes passions de Coralie, ce sont les voyages. Elle parle anglais, espagnol, portugais. " Et j'ai pris créole comme option au bac " , précise-t-elle.

Elle entame aujourd'hui sa quatrième année à l'Insa. Son stage à Akuo Energy pendant les vacances, elle se l'est créé. " Quand j'étais en première, j'avais travaillé sur le projet d'énergie thermique des mers de Belle-fontaine, dans le cadre de mes TPE (travaux personnels encadrés), avec deux copines. Nous avions abordé les aspects techniques et économiques, nous étions allés interroger des responsables d'ici. J'ai toujours gardé un oeil sur ce projet " .

Quand les deux mois de vacances se sont présentés cette année, elle a écrit à Akuo, qui, théoriquement, ne cherchait pas de stagiaire. Mais le profil de Coralie les a séduits. Et c'est ainsi qu'elle s'est retrouvée, au-delà de ses espérances, à devoir créer ce programme. " J'ai eu un accueil extraordinaire. Tout semblait possible, sans barrière inutile entre les différentes hiérarchies. Une équipe jeune et dynamique, qui pouvait répondre à mes questions. Je pense qu'ils appréciaient que, chez moi, les formules à appliquer étaient encore toutes fraîches dans ma tête! " .

Akuo Energy est établi un peu partout dans le monde, dans tous les domaines du renouvelables. La société se présente comme " le premier producteur indépendant français d'énergie renouvelable " . De quoi faire tourner la tête de Coralie dont l'une des pistes pour l'avenir serait " d'aider les zones insulaires à devenir énergétiquement indépendantes " . Martinique incluse. Elle ajoute : " je ne veux pas seulement appliquer des projets qui existent déjà, mais innover, adapter. À chaque site, sa solution! " . À plus court terme, elle aimerait faire un break, entre sa quatrième et cinquième année d'école d'ingénieur, pour " faire de l'humanitaire, peut-être au sein d'une fondation " .

Coralie est aussi sportive. À l'Insa, elle est dans l'équipe de water-polo. Son équipe est arrivée deuxième l'an dernier au championnat de France universitaire.

Ça y est, la question fuse. Quel est le secret de son enthousiasme et de sa réussite ? Côtoierait-elle un milieu richissime et haut placé depuis toute petite ? Pas du tout. Son père et sa mère se sont connus au Club Med où ils travaillaient, respectivement en tant que coordinateur des loisirs et monitrice de ski alpin. Coralie a grandi au Marin.

La réponse se trouve peut-être auprès de ses parents. " Peut-être la simplicité ? " , semble interroger en retour Patricia, sa maman. Son frère, brillant et ingénieur lui aussi, vit aujourd'hui en Australie, après des études au Canada. " Nous ne les avons jamais forcés à bien travailler. Nous avons, bien sûr, contrôlé leurs devoirs mais c'est eux qui fournissaient l'effort. Ils sont toujours tombés dans des groupes d'élèves intéressants et sportifs. Nous faisions beaucoup d'activités en dehors et en famille. Nous n'avons pas de télévision depuis que le lapin a grignoté les fils... "

Les enfants ont appris le goût de l'effort. " D'abord par la grand-mère paternelle, qui avait la maladie d'Alzheimer mais qui racontait des histoires de sa vie antan lontan, quand elle était couturière. Ensuite, nous avons mis beaucoup d'énergie pour rénover notre maison. Et quand nous avions un peu d'argent de côté, nous le mettions dans des voyages linguistiques pour eux " . Frère et soeur ont toujours été boursiers sur critères sociaux, et ont aussi bénéficié de bourses du mérite au vu de leurs résultats. " Ils ont toujours géré tout cela, ne nous ont jamais rien demandé " , conclut Patricia.

À la fin de l'article, la réponse est trouvée. Sans aucun doute, Coralie tire son énergie de la chaleur humaine familiale qui l'a fait grandir et réussir. Une énergie renouvelable à vie.



Source : www.martinique.franceantilles.fr


PARTAGEZ UN LIEN OU ECRIVEZ UN ARTICLE

Pas de commentaire

Pas de commentaire
 
Killyan
Partagé par : Killyan@France
VOIR SON BLOG 55 SUIVRE SES PUBLICATIONS LUI ECRIRE

SES STATS

55
Publications

3700
J'aime Facebook sur ses publications

310
Commentaires sur ses publications

Devenez publicateur

Dernières Actualités

Pas d'article dans la liste.