Esclavage: des Afro-Néo-Écossais réclament compensation

  Culture & Loisirs, #

La présidente de la section néo-écossaise du Global Afrikan Congress, Lynn Jones, considère que le Canada est à la traîne par rapport à de nombreux autres pays au sujet des mesures d'indemnisation.

En l'absence d'un engagement clair du Canada pour aborder le rôle du pays dans le commerce transatlantique d'esclaves, Lynn Jones se dit encouragée par un rapport récent des Nations unies qui recommande des excuses du gouvernement fédéral pour la période d'esclavage et que celui-ci envisage des compensations.

L'équipe de la ministre du Patrimoine, Mélanie Joly, responsable des dossiers portant sur le multiculturalisme, n'a pas répondu pour le moment aux demandes de commentaires.

Pour l'historien Isaac Saney, qui enseigne l'histoire des Noirs à l'Université Dalhousie, tout dialogue sérieux au sujet d'indemnisations doit commencer par la reconnaissance de ce qu'il appelle le "péché originel" du racisme contre les Noirs au Canada - l'esclavage de milliers de personnes de descendance africaine durant plusieurs siècles.

Isaac Saney rappelle que l'esclavage est l'emprise qui a bâti une société. Il ajoute que l'esclavage n'existe plus, mais que les processus qui l'ont mis en place ont continué sous une forme ou une autre jusqu'à aujourd'hui.

L'esclavage a été aboli dans les colonies britanniques dans les années 1830, mais le professeur Saney considère que son héritage a ouvert la voie aux injustices qui ont suivi envers les Canadiens noirs - comme la ségrégation, les politiques d'immigration anti-Noirs et les iniquités sociales d'aujourd'hui. Tout ça parce que l'esclavage a établi un précédent sur la manière de traiter les personnes de descendance africaine, soit comme des "non-citoyens".

Un héritage qui résonne particulièrement fort chez les Afro-Néo-Écossais, dont une importante partie de la communauté peut retrouver des racines de son arbre généalogique parmi les victimes de l'esclavage.

Lynn Jones, qui a prêté sa voix à des démarches de compensation partout dans le monde, trouve toutes les raisons nécessaires de mener le combat au Canada dans l'histoire de la Nouvelle-Écosse.

Elle dit avoir rencontré, avec son groupe, le ministre des Affaires afro-néo-écossaises Tony Ince, mais elle estime que le gouvernement provincial ne s'est pas encore intéressé sérieusement à la question.



Source : La Presse



PARTAGEZ UN LIEN OU ECRIVEZ UN ARTICLE

Pas de commentaire

Pas de commentaire
 
bintou
Partagé par : bintou@Gabon
VOIR SON BLOG 32 SUIVRE SES PUBLICATIONS LUI ECRIRE

SES STATS

32
Publications

6647
J'aime Facebook sur ses publications

134
Commentaires sur ses publications

Devenez publicateur
 
SUIVEZ-NOUS SUR FACEBOOK