/*
*/

Devenez publicateur / Créez votre blog


 

EXCLUSIF. "Ma fille est la Mazarine du Gabon"

  People, #

Joyce Gennifer Ondo et sa fille Ammisa Albertine Ondo bataille pour une reconnaissance de paternité par Président du Gabon Ali Bongo. (Bernard Bisson pour le JDD)

L'affaire, classée "hypersensible", est entre les mains du ministère de la Justice. La Chancellerie, saisie par le procureur d'Angers, doit désormais transmettre l'assignation à la présidence du Gabon, à Libreville. Une petite bombe en perspective pour Ali Bongo, l'actuel chef de l'État, candidat à sa réélection en août prochain. Assistée par Me Olivier Pardo, Joyce Ondo, au nom de sa fille Amissa, assigne le président gabonais en reconnaissance de paternité. "Amissa est sa fille, et je me suis tue pendant trop longtemps pour le protéger", confie au JDD Joyce Ondo, qui raconte ici pour la première fois son histoire. "Ma fille est la Mazarine du Gabon, mais à ceci près que son père a toujours refusé de la voir." Le dossier en reconnaissance de paternité a été déposé auprès du tribunal de grande instance d'Angers où résident la mère et l'adolescente aujourd'hui âgée de 17 ans.

"J'ai tout de suite décliné pour la maison... Il m'a offert une Mercedes C180, que j'ai acceptée"

Elle raconte dans le JDD : "Quand Ali Bongo m'a revue en 1998, il voulait m'acheter une maison, mais il m'a prévenu qu'il ne 'verrait pas Amissa'. J'ai tout de suite décliné pour la maison... Il m'a offert une Mercedes C180, que j'ai acceptée. Et puis quand il s'est remarié en décembre 2000, avec l'actuelle première dame, je me suis dit que c'était terminé entre nous. J'ai trouvé du travail dans une banque, et j'ai même posé pour une publicité. C'est là qu'un jour le président Omar Bongo a demandé à me voir. C'était en 2005, on est resté une heure à bavarder. Il ne savait pas pour Amissa. 'Ali ne sait pas garder les femmes', a-t-il soupiré...'"

"Nous sommes prêts à aller jusqu'au bout, au besoin en demandant des tests ADN avec d'autres membres de la famille Bongo"

De nombreuses pièces et témoignages, consultés par le JDD, appuient et crédibilisent ses dires. À la clé, le tribunal pourrait demander au père présumé de se plier à un test ADN. Un test à très haut risque pour l'actuel président. Ali Bongo est en effet soupçonné au Gabon d'avoir été adopté par son père, l'ancien président Omar Bongo, et d'être originaire du Biafra. Or l'article 10 de la Constitution gabonaise oblige les candidats à avoir une ascendance gabonaise de quatre générations au moins. S'il ordonne ce test, le tribunal d'Angers aura probablement entre les mains l'avenir politique d'Ali Bongo... "Nous sommes prêts à aller jusqu'au bout, au besoin en demandant des tests ADN avec d'autres membres de la famille Bongo", promet Me Pardo. En clair, si Amissa Ondo s'avère être bien la fille d'Ali Bongo, tout test ADN comparatif avec d'autres enfants d'Omar Bongo pourrait se révéler déterminant... "Mais je suis certain qu'Ali Bongo aura la dignité de François Mitterrand", pronostique Me Pardo.

 

Pour lire cet entretien en intégralité, cliquez ici. Vous pouvez retrouver le JDD en kiosques, sur iPad ou sur Internet. Découvrez également nos offres d'abonnement. Laurent Valdiguié - Le Journal du Dimanche



Source : LeJDD.fr


PARTAGEZ UN LIEN OU ECRIVEZ UN ARTICLE

Pas de commentaire

Pas de commentaire
 
alicia
Partagé par : alicia@Suisse
VOIR SON BLOG 211 SUIVRE SES PUBLICATIONS LUI ECRIRE

SES STATS

211
Publications

11790
J'aime Facebook sur ses publications

749
Commentaires sur ses publications

Devenez publicateur

Dernières Actualités

Pas d'article dans la liste.