Devenez publicateur / Créez votre blog


 

Les entrepreneurs vont tirer l'Afrique vers le haut

  Business, #

 

L'Afrique a connu une croissance économique incroyable entre 2000 et 2010. Un certain nombre d'économies africaines poursuivent cette croissance, mais ces dernières années, le monde des affaires africain a connu un déclin indéniable. Récemment, à l'occasion du Financial Times Africa Summit 2015 (Sommet africain du Financial Times 2015), les chefs d'entreprise africains ont conclu que pour soutenir sa croissance, l'Afrique devait être tirée vers le haut par le secteur privé.

Yvonne Ike, directrice générale et responsable de l'Afrique subsaharienne à la Bank of America Merrill Lynch, donne le coup d'envoi en soulignant le fait que de plus en plus de sociétés chinoises sont présentes en Afrique. " Au Nigeria, où les États-Unis étaient le principal importateur de pétrole, les activités américaines ont fermé et ont été reprises par les Chinois et les Indiens. La Chine continue d'investir en Afrique et le fait clairement à sa façon, selon ses propres règles. L'ampleur de l'investissement nécessaire en Afrique n'est pas disponible sur le continent en dollars, en nairas ou en rands. Le capital privé devrait donc ouvrir la voie dans certains secteurs de développement. Dans le même temps, le Nigeria, le Kenya, l'Éthiopie, l'Ouganda et l'Afrique du Sud devraient assumer davantage la responsabilité de l'avenir de l'Afrique et multiplier leurs activités transfrontalières. Ce n'est que dans ces conditions qu'ils pourront augmenter efficacement le capital international nécessaire aux infrastructures transfrontalières de l'Afrique. "

Un marché atypique

Babatunde Soyoye, co-fondateur et directeur associé de Helios Investment Partners, un cabinet d'investissement privé axé sur l'Afrique, ajoute à la discussion en soulignant l'effort nécessaire pour faire progresser l'Afrique : " Nous avons vu un grand nombre d'investisseurs en difficulté pour faire fructifier leur argent en Afrique. La raison, la voici : l'Afrique ne représente pas un marché traditionnel. Il faut se préparer à y entrer, se retrousser les manches et partir de zéro. Dans le contexte africain, ce n'est que de cette façon que l'on peut créer de la valeur. "

Un écart terrible

" En Afrique, il existe un écart terrible entre le nombre incroyable d'entrepreneurs de talent, d'un côté, et l'accès de ces entrepreneurs au capital, de l'autre ", insiste Miles Morland, fondateur, partenaire et président de Development Partners International et Blakeney Management. Development Partners International est un fond de placement privé intervenant en Afrique ; Blakeney est l'un des investisseurs institutionnels les plus anciens et les plus importants en Afrique et au Moyen-Orient.

Une croissance de base

Morland : " D'après-moi, les agences de développement gouvernementales pourrait faire un travail remarquable pour combler cet écart et lancer une nouvelle croissance de base. L'Afrique est pleine d'entrepreneurs ; ils veulent tous faire quelque chose, mais ils n'ont pas accès au capital. Si l'on veut lever 200 000 euros pour démarrer une usine de chaussures, le défi semble impossible à relever, alors que lever 50 millions d'euros n'a pas l'air si compliqué. Il faut que quelqu'un comble cet écart et les agences de développement gouvernementales feraient du bon travail en mettant à la disposition des entrepreneurs de petits fonds de capital-risque locaux. Et ce faisant, elles stimuleraient la croissance à partir de la base. "

Les entrepreneurs aux commandes

" Permettez-moi de m'étendre sur le sujet ", ajoute Yvonne Ike, " Le facteur de développement le plus important pour l'Afrique sera le secteur privé, mené par les entrepreneurs. Cependant, le secteur privé a besoin de plus d'échelle pour être capable de mieux plaider en faveur de certains secteurs et industries, et de négocier plus efficacement avec les gouvernements. Les économies africaines se sont développées, les réserves ont augmenté, le nombre d'industries s'est multiplié, et à travers tout le continent, beaucoup d'innovations excitantes sont en cours. "

Financial Times Live

 

 

 


PARTAGEZ UN LIEN OU ECRIVEZ UN ARTICLE

Pas de commentaire

Pas de commentaire
 
abdelaziz.assani
Partagé par : abdelaziz....@France
Communications et Marketing, Stratégie et Développement d'Entreprises. Consulting, collaborations...
VOIR SON BLOG 185 SUIVRE SES PUBLICATIONS LUI ECRIRE

SES STATS

185
Publications

27952
J'aime Facebook sur ses publications

542
Commentaires sur ses publications

Devenez publicateur

Dernières Actualités

Pas d'article dans la liste.