Devenez publicateur / Créez votre blog


 

Ovamba innove pour financer les PME africaines

  Business, #

Ovamba est une solution innovante de " fintech " visant à rapprocher les PME africaines qui cherchent désespérément des financements et le secteur financier qui semble incapable de les leur fournir. Club Africa s'est entretenu avec la cofondatrice d'Ovamba, Viola Llewellyn, qui a trouvé des fonds pour plus de 120 PME africaines en à peine plus de trois ans.

" En moyenne, la demande de capital s'élève à € 80 000 ", indique Viola, qui ne cache pas sa passion pour l'Afrique et des progrès qu'elle réalise. Avec son cofondateur et PDG Marvin Cole, Viola a lancé Ovamba en 2013. Aujourd'hui, l'entreprise de services financiers emploie 40 personnes et dispose de bureaux au Cameroun, en Afrique du Sud, aux États-Unis et en Inde. " En 2011, nous raconte Viola, la Banque mondiale a identifié qu'il manquait 330 milliards d'euros d'accès au crédit sur le continent. Autant d'argent dont les PME ont besoin pour se développer, mais qui lui est refusé. Si ces entrepreneurs sont les moteurs de la croissance économique africaine, ils sont aussi le grenier de l'économie. Nous sommes conscients que tout reste à faire. Cette solution fonctionne dans d'autres marchés, c'est pourquoi nous sommes certains qu'elle peut donner toutes ses chances à l'Afrique en finançant ses entrepreneurs. "

 

Une solution de financement basée sur les actifs

Ovamba est une solution de financement basée sur les actifs, nous explique Viola. " Nos clients nous vendront certains de leurs actifs personnels (une maison, un terrain) ou bien nous achèterons le stock dont ils ont besoin pour monter leur affaire. Cette approche libère du capital que l'entrepreneur pourra utiliser pour financer son activité. Dans tous les cas, l'entrepreneur nous remboursera au fur et à mesure avec les bénéfices engendrés. "

En outre, Ovamba dispose d'une vision claire des activités commerciales susceptibles ou non de profiter au continent africain. Viola ajoute : " Le bois, par exemple, est exporté ailleurs dans le monde où il est transformé en portes, pour revenir en Afrique à des prix au détail extrêmement élevés. Nous préférons financer des PME qui stimulent l'emploi local et vendre les produits que veulent acheter les classes moyennes qui se développent en Afrique, et ce à des prix abordables. Lorsque l'Afrique sera capable de fabriquer ses propres marchandises pour sa consommation personnelle, le continent pourra subvenir à ses besoins. "

Accélérer le processus

Les PME doivent payer des frais qui s'élèvent à 1 à 2,5 %. Pour accélérer le processus, Ovamba a mis en place une application mobile permettant aux PME de demander un financement. Grâce à cette application, l'ensemble du processus de demande de financement est géré dans un environnement en ligne, à l'exception de la signature du contrat. " Les banques africaines ne sont pas structurées pour les besoins des PME africaines d'aujourd'hui. Les entreprises doivent parfois attendre jusqu'à quatre mois pour que leur banque leur accorde un crédit. Une PME classique ne peut pas se permettre de perdre ce temps précieux. "

Viola adore raconter l'histoire du premier client d'Ovamba. " Notre premier client est une pharmacienne qui a connu de grandes difficultés à obtenir un prêt bancaire pour sa pharmacie. La banque lui a dit que parce qu'elle était une femme et une scientifique, et qu'elle n'était pas chef d'entreprise, elle ne voulait pas courir le risque de la financer. Nous avons pu honorer sa demande de crédit après avoir réalisé un audit rationnel, ce qui a permis à une pharmacie d'ouvrir avec succès à Douala, au Cameroun. "

Un besoin urgent d'investisseurs

En raison de sa capacité à quantifier et estimer les risques associés à une PME en particulier, Ovamba bénéficie d'une proposition attractive pour les investisseurs. " Nous avons une centaine de points de données supplémentaires par rapport aux banques locales ", indique Viola. " Ces informations nous permettent d'estimer l'influence tribale et ethnique d'une personne sur sa capacité à gérer une activité, et la quantité d'argent que nous pouvons lui confier. Avec des projets de financements qui atteignent parfois 44 millions d'euros, Ovamba a désespérément besoin d'investisseurs qui partagent sa vision d'une Afrique prospère ! "

Dans Tailored Business Show, l'entrepreneure Tania Habimana, ancienne de Suitsupply, est filmée en train de créer une société panafricaine de costumes.



Source : Your-bizbook


PARTAGEZ UN LIEN OU ECRIVEZ UN ARTICLE

Pas de commentaire

Pas de commentaire
 
Medhy
Partagé par : Medhy@France
VOIR SON BLOG 27 SUIVRE SES PUBLICATIONS LUI ECRIRE

SES STATS

27
Publications

2785
J'aime Facebook sur ses publications

118
Commentaires sur ses publications

Devenez publicateur

Dernières Actualités

Pas d'article dans la liste.