/*
*/

Devenez publicateur / Créez votre blog


 

Peaux noires, cheveux de blancs

  Mode & Beauté, #

Avant toute chose, je tiens à préciser que je respecte le choix de celles qui choisissent de se défriser les cheveux et/ou se faire des tissages.

Cet article vise à relater mon parcours capillaire personnel, les raisons qui m’ont poussée à mettre certaines pratiques capillaires de côté, ainsi que ma vision sur la question.

J’ai fait appel à des amies avec qui j’ai échangé sur le sujet, afin de confronter mon point de vue avec les leurs.

 

D’une certaine manière, nous assistons au phénomène d’aliénation culturelle si bien développé par Frantz Fanon dans Peaux noires, masques blancs.

Comment avoir conscience de ce que l’on est réellement en adoptant des pratiques capillaires qui ne sont en adéquation avec ce que nous sommes réellement ?

J’apprends à me regarder dans mon miroir telle que je suis : je suis noire, avec des cheveux crépus. Non, je n’ai pas la chevelure de Pocahontas et ne l’aurai jamais !

Porter un tissage lisse relevait d’une masquarade que je me suis imposée, une hypocrisie capillaire qui a entravé mes relations dans les sphères socio-professionnelles. Comment me connaître réellement et projeter une image fidèle à ce que je suis, à travers une mise en scène trompeuse de moi-même ?

Aujourd’hui, 2 ans après, mes cheveux ont poussé et je les aime. J’aime ma tête avec mes cheveux naturels, d’ailleurs, je me préfère avec mes cheveux naturels ! Je n’ai jamais été fan des cheveux lisses (je n’ai jamais été tentée par un longggggg tissage fait de cheveux 100% indiens) donc c’est avec un grand plaisir que j’ai retrouvé les cheveux que la nature m’a donné. - Jo BlackParis

Au bal de l’aliénation culturelle, infatigable je dansais sans me préoccuper du lendemain, me faisais courtisée sous une fausse identité. Mais minuit a sonné et mon tissage abîmé, je me suis retrouvée à m’interroger sur mon identité devant le même miroir.

Qui suis-je ?

« La civilisation blanche, la culture européenne ont imposé au Noir une déviation existentielle. » Frantz Fanon (1)

Et par extension, une déviation esthétique aux femmes – et à certains hommes – noir-e-s.

Je me suis regardée dans le miroir. J’ai regardé cette image, complètement erronée par ce que je m’imagine, et qui est absent. Je regardais mes cheveux, mettais mes mèches entre les mèches : mes cheveux étaient fragilisés, cassants et tombaient – pas une chute capillaire régulière, les filles. J’ai pris la tondeuse et ai tout rasé.

Je me sentais si libre, si heureuse, tellement en adéquation avec moi-même : je m’aimais ! Oui, j’aimais le fait que je pouvais laisser tomber quelque chose qui ne me définissait pas de manière appropriée. Je ne voulais plus être réduite à un morceau de tissage et/ou de perruque : Je voulais juste être moi. - V.D.S., New-York

Véritable berceau de réflexions sur l’identité noire, les communautés afro-descendantes des Etats-Unis popularisent deux visions esthétiques du cheveu afro avec, dans un premier temps le défrisant puis le mouvement de la revalorisation de l’identité noire prônée par le Black Panther Party, et ce à 70 ans d’intervalles.

Le mouvement Nappy s’insère dans une continuité de la revalorisation de soi défendue par les Black Panthers, trouvant des échos dans les anciennes puissances coloniales européennes – Royaume-Unis, France , Belgique – mais aussi dans les anciennes colonies qui, constituent un terrain de lutte entre cultures locales et mondialisation.

La force du mouvement Nappy est de s’ériger tel une barrière à la globalisation culturelle qui sévit aujourd’hui, pour ne produire qu’un modèle unique de canons de beauté calqué sur le modèle européen.

Et par ailleurs, le mouvement propose une autre économie favorisant les initiatives personnelles et d’autres modèles économiques, loin des grands groupes qui, rouages du système capitaliste, ne proposent qu’une consommation homogène.

Ces mêmes groupes utilisent les labels « cheveux secs » « cheveux très secs » « cheveux frisés » «  enrichi au beurre de karité, huile de coco…etc » afin de diversifier leur offre et d’attirer une nouvelle clientèle, qui jusqu’à présent ne représentait qu’un faible pourcentage dans leur camembert d’études de marché.

Reste à savoir si ces produits sont adaptés aux cheveux afro. – J’ai juste testé le fameux après shampoing de la gamme Ultra doux Avocat&Karité de Garnier ;) .

 

Pour lire l'article en entier: http://africanlinks.net/2014/08/15/retour-au-naturel-2/


PARTAGEZ UN LIEN OU ECRIVEZ UN ARTICLE

Pas de commentaire

Pas de commentaire
 
VirginieEhonian
Partagé par : VirginieEh...@France
VOIR SON BLOG 12 SUIVRE SES PUBLICATIONS LUI ECRIRE

SES STATS

12
Publications

322
J'aime Facebook sur ses publications

7
Commentaires sur ses publications

Devenez publicateur

Dernières Actualités

Pas d'article dans la liste.