Devenez publicateur / Créez votre blog


 

Rendre hommage aux mythes africains, le pari d'un jeu vidéo camerounais

  Culture & Loisirs, #

Le 14 avril dernier, le premier jeu vidéo africain accessible sur ordinateur a vu le jour au Cameroun, après 10 ans de travail. Le jeu de rôle "Aurion : Legacy of the Kori-Odan" s’est inspiré de différentes cultures africaines pour créer un univers magique… et montrer qu’un jeu vidéo peut être bien plus qu’un simple divertissement.

Le studio camerounais Kiro’o games a été très patient, et le jeu en vaut la chandelle : depuis 2003, ses concepteurs ont fait le pari de produire le premier RPG – role playing game, un jeu durant lequel le joueur y incarne des personnages qu'il fait évoluer au fil d'une quête – sur ordinateur du continent africain.

“Aurion : Legacy of the Kori-Odan “ (Aurion, l’héritage des Kori-Odan”) permet d’incarner Enzo Kori-Odan, prince de Zama, qui cherche à retrouver son trône usurpé par son beau-frère le jour de son couronnement. Le joueur va ainsi devoir progresser dans le monde à la recherche de soutiens et acquérir des pouvoirs qui lui permettront de reconquérir son trône. Selon ses concepteurs, le jeu est un mélange d’histoire et de culture africaine, de mode d’exploration inspiré des mangas et de combat en 2D.

"On veut ‘éduquer les joueurs’, leur faire comprendre que le jeu vidéo est un vecteur culturel, de partage et de sauvegarde du patrimoine"

Dans un marché des jeux vidéo ultra-dominé par les grosses franchises occidentales, ce jeu fait office de lilliputien. Pour autant, son co-fondateur, Dominique Yakan-Brand, entend bien séduire grâce à d’autres aspects.

Nous avons beaucoup travaillé sur le gameplay [la façon de jouer, NDLR] pour obtenir quelque chose qui éveille un "désir combatif ", quelque chose de très dynamique. Ce parti pris donne au joueur une combinaison infinie de possibilités pour avancer dans le jeu. Le joueur a donc une sensation de liberté, et il y a plusieurs façons d’atteindre les objectifs.

J’ai lu que ce jeu était "100 % camerounais". Ce n’est pas tout à fait exact car il intègre des mythes venus de plusieurs pays. Les sorts lancés par Erine, l’épouse du héros, sont par exemple inspirés des esprits nigérians. Certains pouvoirs font référence au kâ égyptien, le double immatériel de l'être qui incarne les forces vitales. À certains moments du jeu, le joueur découvre une épreuve de Donga, un affrontement inter-tribal très présent entre l’Éthiopie et le Soudan. On avait constaté que la culture africaine dans sa diversité n’était quasiment jamais représentée dans les jeux vidéo. On a fait ce pari parce que c’était quelque chose qu’on recherchait, et on pensait qu’il y avait une attente des ‘gamers’ africains.

Le joueur est amené à traverser dans le jeu la "forêt de Bodiop", où il traverse des ruines inspirées de monuments africains existants.

"Certains Camerounais ne comprenaient pas notre projet, ils pensaient que c’était un truc d’enfants"


Après des campagnes de crowdfunding sur Internet et de multiples reports, le jeu a vu le jour le 14 avril dernier sur la plateforme américaine "Steam" qui permet d’acheter des jeux dématérialisés. 

Le tout pour un budget de 120 millions de francs CFA (182 000 euros), soit 600 fois de moins que le budget du jeu le plus cher à développer de l’année 2016, "Star Citizen" (environ 100 millions d’euros), un jeu de simulation spatiale. Mais pour Kiro’o games, les obstacles ont été nombreux :

Au lancement du projet, nous subissions très fréquemment les coupures de courant dans notre studio. À cause de ces problèmes d’électricité, nous avons dû dormir sur place pendant deux mois pour ne pas prendre trop de retard dans le projet et ne pas perdre trop d’argent ! Les soucis techniques n’étaient pas les seuls : on faisait face à de très nombreuses personnes qui ne comprenaient pas ce que l’on faisait. Pour eux, les jeux vidéo, c’était un truc pour les enfants, qu’il fallait laisser de côté à l’âge adulte pour se concentrer sur des projets "plus sérieux". Quand on disait qu’on avait un studio de jeux vidéos, les gens pensaient qu’on avait une salle d’arcade, avec des flippers ! Pour eux, c’était de l’argent gaspillé.

C’est vrai que beaucoup de personnes au Cameroun ne sont pas des 'gamers' à proprement parler, à cause du coût des jeux. Petit à petit, on a su 'éduquer' au jeu vidéo : on a réussi à faire comprendre que le jeu vidéo, au même titre que la musique ou le cinéma, est un vecteur culturel, de partage et de sauvegarde du patrimoine.

Certains des pouvoirs du héros rapprochent le jeu d'un manga asiatique, ou encore de jeux de combats comme Dragon Ball Z.


" Les jeux sur smartphone sont le marché de demain en Afrique"


Si le premier jeu vidéo sur le continent africain date de 1996 en Afrique du Sud, récemment, plusieurs studios ont vu le jour au Nigeria, au Kenya ou au Sénégal. La plupart de ces jeux, à l’image de "Cross Dakar City" qui permet d’incarner la vie d’un jeune talibé au Sénégal, sont développés sur téléphone portable.

Malgré cette concurrence émergente, l’appétit du studio Kiro’o Games, déjà parrainé par le ministère de la Culture camerounaise, ne s’arrête pas là :

Notre objectif, c’est maintenant de développer le jeu en version CD, seulement au Cameroun dans un premier temps. On a un accord avec Microsoft pour que le jeu sorte sur Xbox One prochainement. On fera en sorte qu'il ne dépasse pas les 12 000 francs CFA (18 euros, contre jusqu’à 70 euros pour certains jeux neufs sur Xbox).

Pour la suite, on voit qu’il y a un énorme potentiel avec les jeux sur smartphone en Afrique centrale. C’est le marché de demain [selon une étude de l’entreprise Deloitte, l’Afrique pourrait compter jusqu’à 350 millions d’utilisateurs de smartphones d’ici l’horizon 2020]. On souhaite que 'Aurion' soit adapté non seulement sur smartphone, mais aussi, développer plusieurs opus pour continuer l’aventure.

En 13 ans de conception, le jeu a eu le temps de beaucoup évoluer jusqu'à arriver à sa version finale en avril 2016.

Vous avez joué à ce jeu ? N’hésitez pas à nous laisser votre commentaire ci-dessous pour nous dire ce que vous en avez pensé !


Source : Les Observateurs de France 24


PARTAGEZ UN LIEN OU ECRIVEZ UN ARTICLE

Pas de commentaire

Pas de commentaire
 
Lilou
Partagé par : Lilou@Guadeloupe
Un bounty, blanc à l'extérieur et noir à l'intérieur lol
VOIR SON BLOG 27 SUIVRE SES PUBLICATIONS LUI ECRIRE

SES STATS

27
Publications

5410
J'aime Facebook sur ses publications

218
Commentaires sur ses publications

Devenez publicateur

Dernières Actualités

Pas d'article dans la liste.