/*
*/

Devenez publicateur / Créez votre blog


 

Sephora Joannes : "Mon approche de la sculpture va au delà de la coiffure, elle est en 3D"

  Mode & Beauté, #

Sephora Joannes est une artiste capillaire sur cheveux afro naturels, frisés, bouclés, crépus et très crépus. Après avoir initié le mouvement défilé de coiffures afro-futuristes sur Paris et participé à un certain nombre d'événements, elle revient aujourd'hui sur son parcours et nous donne son avis sur le retour au cheveux naturel.

Lorsqu'on lui demande d'expliquer ce qu'est une artiste capillaire les mots lui viennent tout naturellement " c'est un travail de sculpture avant tout. Une structure simple qui va venir se mêler à de la coiffure ". Mais il faut bien avant tout comprendre que son métier c'est un " travail artistique avec comme médium le cheveux ", et donc que " toutes les coiffeuses ne sont pas forcément sculpteurs ". Comme pas mal de monde, Sephora Joannes aime être au courant des dernières tendances et en matière de cheveux elle en connait un rayon. Et pour celles qui l'aurait manqué, la rédaction de Be You a publié un article dans lequel, la papesse de la coiffure structurale dévoilait les tendances capillaires 2015-2016. Sephora Joannes est un petit bout de femme avec un tempérament bien trempé et c'est à l'occasion d'une séance coiffure chez moi qu'elle en a profité pour expliquer un peu plus qui elle est.

 

Be You : Comment se met en forme le concept d'une coiffure dans ton esprit ?
A la base je dessine beaucoup, j'ai toujours un carnet avec moi et j'imagine comment va être la coiffure, quels matériaux je vais utiliser. Et après le dessin je fais une toute petite maquette en papier pour savoir comment ça va être posé. Pour ce qui est de la mise en pratique c'est plus simple que de travailler sur les cheveux crépus parce que c'est plus sculpturale. Et les cheveux crépus longs c'est vraiment l'idéal parce qu'il y a la longueur pour pouvoir tenir les formes, on a besoin de moins d'épingles... il y a une tenue plus intéressante.

 

Mon école d'art m'a tellement servi dans la coiffure

Be You : Tu es autodidacte ce qui sous-entend que tu n'as pas un diplôme coiffure. Comment réussis-tu à valoriser ton travail vis-à-vis des professionnels de la coiffure ?
En coiffure afro, aucun ne peut avoir de diplôme impressionnant parce que ça n'existe pas tout simplement. Et si j'y arrive c'est peut-être parce que j'ai une patte d'artiste qui vient se rajouter à la coiffure. Je traite la forme, les volumes, l'équilibre d'une façon qu'une coiffeuse ne pourra pas forcement voir, ni même comprendre. Mon approche de la sculpture va au delà de la coiffure, elle est en 3D, ça fait la différence. Mon école d'art m'a tellement servi dans la coiffure, que je ne troquerai jamais ce cursus contre un parcours en coiffure qui n'aurait fait que me formater avec un type de coiffures, comme les chignons. Le parcours en école d'art est beaucoup plus riche et ma formation est large : j'ai travaillé la photo, la vidéo, le volume, la performance, l'installation, la scénographie. L'art capillaire c'est la dernière chose que l'on voit quand je poste une photo. Dans un défilé il y a tout un travail de scénographie par exemple, de mise en scène, de musique et par rapport à la photo je sais déjà ce que je veux, ça me permet d'avoir des directives, ne pas me laisser influencer par la patte d'un photographe et de savoir exactement où je veux aller et être plus précise dans ce que je veux..

 

Personne n'avait vu ça, ce n'était pas du tout connu à l'époque

Be You : Si tu devais citer un événement marquant dans ta carrière, quel serait-il ?

Le tout premier événement m'a marqué car il était fait de manière spontanée. J'avais envie de faire un défilé de coiffures artistiques dans Paris il y a 3 ans et ça n'existait pas, personne n'avait vu ça, ce n'était pas du tout connu à l'époque... du chinois pour les gens. J'ai envie de dire que personne ne m'a suivi dans ce délire. Je suis donc allée dans paris, et j'ai cherché un lieu qui accepterait de nous accueillir : mes modèles et mon public pour faire un défilé. On a commencé une communication sur Facebook une semaine avant l'événement et là ... c'était génial, au-delà de nos espérances. Les gens sont venus, ils ont répondu présents, ils ont aimé la tentative malgré les couacs qu'il y a pu avoir. Ça restera l'événement le plus important pour moi parce que c'est le seul que l'on a organisé par nous-même avec ma collaboratrice, on a tout fait !

 

Be You : Quelle a été ta source d'inspiration, si c'était du jamais vu sur Paris ?
Je m'intéresse beaucoup à ce que fait Angela Plummer, une artiste capillaire de Londres. Cette femme fait des créations capillaires magnifiques et je me suis dit que j'aurais aimé voir un défilé de cette femme ou voir quelque chose du même genre. Et l'idée est venue de là en fait. A l'international il y a des concours de coiffures avec des coiffeurs qui viennent montrer en live leurs créations, c'est un peu ce que l'on appelle des shows coiffures. Mais le défilé de coiffure comme je l'entends et le présente ce n'est pas vraiment ce qui se fait à l'heure actuelle parce qu'il y a le côté artiste. Je ne crée pas devant les gens mais en off et les gens ne font qu'avoir la magie de la finalité et voient vraiment le tout comme une oeuvre artistique à part entière. Aujourd'hui il y a plein d'événements afro et il n'y en a pas un sans défilé de coiffures afro, je suis assez contente de ça, je pense que j'ai suivi une tendance nappy, et j'y ai mis ma patte.

Be You : Quel est ton bilan quelques années plus tard et de quel œil vois-tu cette réappropriation du cheveux naturel par les femmes aujourd'hui ?

Ça fait 5 ans que je suis au naturel et mon bilan est très positif. Au départ on n'était très peu nombreux si bien qu'on se reconnaissait dans le métro, dans la rue parce que c'était tellement rare. Maintenant je vois de plus en plus de femmes avec leurs cheveux naturels. Et ce qui est encore plus intéressant c'est de voir des ado avec leurs cheveux naturels, c'est elles qui subissent le plus les moqueries, c'est plus dur pour elles. Et pourtant il y a de plus ne plus de jeunes qui ont leurs cheveux afro. Il y a aussi des gens très connus que je vois revenir au naturel.

 

 

Ça ne peut être qu'important parce que je suis née avec

Be You : Mais pourquoi ce retour au naturel selon toi ?
Parce qu'on est dans une ère où on revient aux fondamentaux, on revient à la nourriture plus saine, au bio, au sport, à la nature ... pour moi c'est un peu en lien et ça suit complètement l'ère qui est entrain de changer. En tout cas j'ai l'impression que les femmes acceptent de plus en plus leurs cheveux. Pour ma part mon élément déclencheur - je ne peux pas parler au nom de tout le monde- c'était quand je me suis posée sur le net pour savoir comment m'occuper de mes cheveux. A l'époque on ne trouvait pas autant de blogs, d'informations, maintenant l'information est complètement ouverte, on accès à Youtube, à tous les tutoriaux en live... les blogueuses parlent de leurs aventures. On va même redemander à sa grand-mère comment elle faisait pour ses cheveux, on est plus ouvert sur ça.

Be You : Pourquoi c'est important pour toi de le valoriser ?

Ça ne peut être qu'important parce que je suis née avec. C'est quand même le cheveux qui est propre à une communauté, une culture, à des traditions. C'est plus que du cheveux c'est vraiment un enracinement, ne plus avoir honte de dire ce que l'on est, c'est vraiment être ce que l'on est. Les femmes aux cheveux lisses elles ont leurs cheveux naturels et il n'y a pas de souci avec ça alors je ne vois pas pourquoi nous il y en aurait un.

 

N'hésitez à nous dire vous de quelle manière vous vivez ce changement d'ère ? Retour au naturel ou encore quelques difficultés ? Retrouvez également Sephora Joannes samedi pour sa " première déambulation artistique avec des petites fées descendant de leur cotonneuse galaxie ".



Source : www.outremersbeyou.com


PARTAGEZ UN LIEN OU ECRIVEZ UN ARTICLE

Pas de commentaire

Pas de commentaire
 
Yasmine
Partagé par : Yasmine@USA
black power
VOIR SON BLOG 23 SUIVRE SES PUBLICATIONS LUI ECRIRE

SES STATS

23
Publications

1198
J'aime Facebook sur ses publications

29
Commentaires sur ses publications

Devenez publicateur

Dernières Actualités

Pas d'article dans la liste.