Violences policières : le discours poignant d'une fille de 9 ans émeut le Net

  Société, #

Elle se dandine un peu, visiblement intimidée par tous ces conseillers municipaux qui lui font face. Derrière elle, des manifestants l'encouragent. Zianna Oliphant a 9 ans, un élastique rose dans ses cheveux tressés, et porte un T-shirt blanc avec une tête de mort colorée. Elle est presque trop petite pour atteindre le micro. Mais ce lundi soir, elle a décidé de parler au nom de la communauté noire de Charlotte, lors de leur réunion avec le conseil municipal.

Cette ville de Caroline du Nord connaît, en effet, une vague de protestations depuis le 21 septembre. Ce jour-là, Keith Lamont Scott, un Afro-Américain, est abattu par la police. Sa mort vient s'ajouter aux nombreuses autres victimes noires, parfois non armées, qui ont été tuées par les forces de l'ordre dans plusieurs villes des Etats-Unis.

C'est dans ce contexte tendu que Zianna Oliphant a choisi de s'exprimer. Inquiète et bouleversée, elle a délivré un discours poignant qui a ému les internautes.

" Nous avons des droits "

 

" Je suis venue ici pour dire ce que je ressens. Et je ressens ça : on est traité différemment des autres gens. Je n'aime pas la façon dont nous sommes traités [...]. "

Elle s'arrête. Dans la salle, on lui demande de poursuivre. " Do not stop ! " (" Ne t'arrête pas "), peut-on entendre. En larmes, la jeune fille reprend :

 

" Nous sommes des personnes noires et nous ne devrions pas nous sentir mal. Nous ne devrions pas avoir à manifester parce que vous nous traitez mal. Nous faisons ça parce que nous en avons besoin, et nous avons des droits ! "

Zianna Oliphant fond de nouveau en larmes. Les manifestants l'applaudissent. Elle relève la tête :

 

" Je suis née et j'ai été élevée à Charlotte. Je n'ai jamais ressenti ça et je ne supporte pas la façon dont nous sommes traités. [...]

C'est une honte que nos pères et nos mères soient tués et que nous ne puissions plus les voir. C'est une honte que nous ayons à aller sur leurs tombes et que nous devions les enterrer.

Et nous avons des larmes. Nous ne devrions pas avoir de larmes. Nous avons besoin que nos pères et nos mères soient à nos côtés. "

" Une héroïne "

Rapidement reprise par CNN, la vidéo est diffusée sur Twitter et les réactions sont immédiates :

" J'étais un peu nerveuse, donc j'ai décidé d'y aller et de leur dire comment je me sens ", explique-t-elle à NBC News.

 

" J'étais émue parce que ce que je disais me semblait très important. C'est pour ça que j'ai pleuré. "



Source : Rue89



PARTAGEZ UN LIEN OU ECRIVEZ UN ARTICLE

Pas de commentaire

Pas de commentaire
 
diderot
Partagé par : diderot@USA
VOIR SON BLOG 97 SUIVRE SES PUBLICATIONS LUI ECRIRE

SES STATS

97
Publications

5193
J'aime Facebook sur ses publications

194
Commentaires sur ses publications

Devenez publicateur
 
SUIVEZ-NOUS SUR FACEBOOK