Devenez publicateur / Créez votre blog


 

Accusé par une boîte d'avoir fait du play­back, Black M riposte et attaque à son tour

  Musique, #

Le produc­teur de Black M n’est pas décidé à lais­ser salir impu­né­ment la répu­ta­tion de son protégé. Il monte aujourd’­hui au créneau pour répondre aux accu­sa­tions d’une boîte de nuit bretonne.

Vendredi dernier, les fans de Black M pensaient vivre une soirée extra­or­di­naire dans une boîte de nuit bretonne : leur idole devait mettre le feu en offrant un show-case d’an­tho­lo­gie, puis en venant à leur rencontre pour signer des auto­graphes.

Hélas, la soirée a viré au fiasco.

Selon les gérants de la boîte, le rappeur n’a chanté que neuf minutes sur scène et – plus grave – dans un play­back de mauvaise qualité. Il se serait ensuite terré dans le carré VIP, grif­fon­nant quasi­ment à contre cœur quelques auto­graphes. « Black M devait mettre le feu. Il était tota­le­ment éteint. En fait, il a joué la montre et s’en est allé… Pour­tant, on l’a bien accueilli?! », s’était plaint la direc­tion du club.

Du côté des fans, la colère s’était rapi­de­ment diffu­sée sur les réseaux sociaux, beau­coup accu­sant le chan­teur de les avoir « déçus. »

La disco­thèque avait décidé dans la foulée de porter plainte, esti­mant sa répu­ta­tion « salie » tandis qu’une enquête était ouverte en paral­lèle par la gendar­me­rie de Douar­ne­nez.

Ces accu­sa­tions n’ont pas plu du tout à la star qui s’ex­prime aujourd’­hui par la voix de son produc­teur, Kamel Chet­tab. Ce dernier accuse direc­te­ment la disco­thèque d’avoir induit les fans en erreur. « Black M devait être présent au Moulin une heure mini­mum, pour photos et dédi­caces, explique-t-il à Ouest-France.  Il y est resté deux heures. Il ne devait pas se produire pour un show-case, contrai­re­ment aux infor­ma­tions diffu­sées sur les flyers par la disco­thèque dans un premier temps. »

L’homme est d’au­tant plus remonté que, selon lui, Black M a déjà été bien gentil de monter sur scène. « Black M a, malgré tout, bien voulu inter­pré­ter quatre chan­sons », a-t-il souli­gné.

Aux fins limiers de la gendar­me­rie de Douar­ne­nez désor­mais de démê­ler le faux du vrai…


Source : www.voici.fr


PARTAGEZ UN LIEN OU ECRIVEZ UN ARTICLE

Pas de commentaire

Pas de commentaire
 
neil
Partagé par : neil@Haiti
Viva Africa
VOIR SON BLOG 70 SUIVRE SES PUBLICATIONS LUI ECRIRE

SES STATS

70
Publications

13721
J'aime Facebook sur ses publications

180
Commentaires sur ses publications

Devenez publicateur

Dernières Actualités

Pas d'article dans la liste.